Consensus d’action

Le 12 décembre au matin, nous nous retrouverons place du Panthéon, pour une mobilisation artistique visant à dénoncer le rôle des institutions financières privées comme publiques dans le dérèglement climatique.

Cette action est construite autour d’une chorégraphie précise et d’une esthétique claire. Il est donc important que les participant.e.s respectent les éléments suivants (et soient sur place à 8 heures précises) :

Nous nous mobiliserons avec calme et détermination, dans un esprit de construction et de résistance aux projets destructeurs du climat, de nos communautés, de notre présent et de notre avenir. Nous ferons tout ce que nous avons annoncé, rien d’autre que ce que nous avons annoncé.

Nous ferons uniquement usage de méthodes et techniques non-violentes et pacifistes pour montrer notre détermination, et nous ne participerons pas à la surenchère. Nous sommes attaché.e.s à garantir la sécurité des individus présents sur les lieux de nos actions. Par notre présence, notre nombre et notre cohésion nous montrerons que nous sommes la solution.

Pour donner un élément visuel et artistique fort, l’essentiel de cette mobilisation sera sans logo, pour mettre en avant notre message : nous devons tourner le dos aux énergies du passé.

Nos organisations sont toutefois un élément important des luttes contre ces énergies du passé, ainsi que du foisonnement et de la vigueur des alternatives et des expériences quotidiennes de la transition vers des sociétés justes et durables. À la fin de la mobilisation, nous souhaitons donc pouvoir afficher nos couleurs, et montrer que nous portons ensemble, dans notre diversité, ces alternatives.

Plusieurs responsables politiques ont appelé à participer à cette mobilisation.

Notre rassemblement est un rassemblement de la société civile. Il est donc important que les militant.e.s politiques et plus encore les élus, respectent les principes ci-dessus.

Il est en effet primordial que cette action conserve sa tonalité de rassemblement de la société civile mondiale, et permette de faire entendre la voix de toutes celles et tous ceux qui, en France et partout dans le monde, sont directement affectés par les conséquences du dérèglement climatique. Nous demandons donc aux militant.e.s d’organisations et de partis politiques de ne pas venir avec drapeaux, autocollants, flyers, t-shirt distinctifs, etc. : nous ne cherchons pas à mettre en évidence des organisations, mais un message.

Nous nous opposerons par ailleurs à toute tentative de récupération de notre mobilisation à des fins nationalistes, réactionnaires ou violentes. Nous nous appuyons sur des décennies de luttes et de mobilisations pour la justice climatique et sommes solidaires du mouvement global pour le climat et la transition, comme nous sommes solidaires des luttes contre toute forme de domination et d’injustice.